Le poilu victorieux

Web documentaire

2014

Construc­tion de monu­ment aux morts sur cata­logue

"Vous êtes un maire au lendemain de la première guerre mondiale. Comme tant d'autre, vous décidez d'ériger en votre ville un lieu de mémoire dédié à ceux qui ne sont jamais revenus. Quels seront vos choix, comment construire votre monument aux morts idéal ?"

Le poilu victorieux est un webdocumentaire proposant à l'internaute de se plonger dans les questionnements du monument au travers de sa construction. Il va le guider dans cette tâche grâce à une série de choix et de décisions transformant la suite de son expérience.

Cliquez pour accéder au site. // version démo - optimisée pour Google Chrome.

Webdocumentaire réalisé à partir du Workshop démarré par Upian et Thomas Deyriès.

Présenté lors de l'exposition Onze Onze à la Chaufferie en novembre 2014.

Souhaite-t-il un monument plutôt militaire ou allégorique ? Un socle à colonne vaut-il mieux qu'un socle en forme d'obélisque ? Doit-il ériger son monument sur la place publique de la ville ou près de l'école ?

Une fois son monument terminé, il va découvrir que chacun de ses choix a eu un effet sur le sens de celui-ci, le rendant plutôt héroïque ou plutôt humaniste. Enfin, vont lui être présenté des exemples réel du monument qu'il a choisi. Des "représentation" de celui-ci dans des villes et des villages un peu partout en France.

Pouvant s'élever à plus de 130 exemples pour la statue la plus érigée, celle du Poilu Victorieux d'Eugène Bénet.

Lui amenant que les choix qu'il a réalisé se basent sur des catalogues, réel­lement envoyés à des com­munes désireuses de construire un monument après la guerre. Catalogues édités par des fonderies (celle de Durenne et du Val d'Osne furent ici utilisés) permettant de construire à monument prêt-à-poser pour un moindre coût.

Ce webdocumentaire souhaite ainsi poser la question de la sérialité du monument.

Pourquoi, alors qu'il devrait être un hommage rendu par des familles à leur proches disparus à la guerre, et ainsi être extrêmement personnel et subjectif, ces monu­ments sont-ils construit en série ?

Pourquoi regorgent-ils de symbole d'héroïsme et de patriotisme ? Pourquoi avoir ainsi érigé cette "image" populaire du poilu ?

Presque à se demander si l'industrialisation de la guerre ne s'est pas propagé à l'hommage qu'elle a provoqué. Une partie des réponses peuvent s'expliquer par l'appauvrissement des communes au lendemain de la guerre et au faible coût de ces monuments produit en série.Mais reste à nous demander ce que sont encore aujourd'hui, pour nous, ces monuments et qu'est-ce qu'ils représentent.